KOJIMA Ichiro, Kojima Ichiro Photographs,Inscript, 2009/2012, 244 p. 185 photographies du 8 x 12.7 cm au 12 x 18,2 cm

J’ai trouvé quelques temps après avoir lu et vu Tsugaru … un livre qui retrace le parcours de notre photographe.

Coup de cœur : un rapport qualité / prix à

Papier :
Mise en page :
Impression :
Récit photographique :

Titre : Kojima Ichiro Photographs
Auteur : Ichiro Kojima
Éditeur : Inscript
ISBN : 978-4-900997-23-3
Date : 2009 (1ière édition – 5ième tirage 2012) (sous réserve pour 2009 peut-être 2012)
Reliure : Livre relié
Dimension : 24,6 cm x 19 cm x 2,8 cm
Nombre de pages : 244 pages (204 de photos et donc une quarantaine sur la vie, index et autres données relatives à Ichiro Kojima
Nombre de photos : 185 photographies du 8 x 12.7 cm au 12 x 18,2 cm
Type : Scène de vie de la région natale de Ichiro Kojima N&B (sauf 3 photos couleurs)
Couverture : Rigide avec jaquette et bandeau (qui reprend la jaquette).
Format : Portrait
Papier : Pas de référence, papier blanc pour les photos, crème et plus léger pour les compléments.
Langue : Japonais seul.
Imprimé : Japon
Prix : 30,30 € environ

Se le procurer : Acheté chez ZEN (Kojima Ichiro Photographs), le livre n’est plus disponible chez eux mais semble toujours distribué chez l’éditeur Inscript (Kojima Ichiro Photographs).

Le livre commence par des planches de travail (trois, ce ne sont pas des planches contacts, voir photos plus bas) puis présente les photographies de Ichiro Kojima dans un ordre à peu prêt chronologique (ce n’est pas une chronologie exacte mais plus on va vers la fin plus les photos sont récentes même si un mélange sur 2-3 ans se fait. En plus d’avoir un aperçu de l’ensemble des œuvres de Ichiro Kojima on s’aperçoit aussi de l’évolution du rendu des photographique, passant de tirage « normaux » (allant du Noir au Blanc en passant par toute la gamme des gris) à des tirages extrêmement durs se traduisant par une absence totale des tons gris. Il s’inscrit dans le mouvement de ces années là que l’on retrouvera chez des photographes comme Eiko Hosoé ou Daidō Moriyama, voir aussi la revue Provoke (réedition des trois volumes chez Stdeil) . Au milieu du volume on fait connaissance avec l’œuvre couleur de Ichiro. La fin (dans un papier un peu crème et plus léger) présente un texte et une biographie du photographe agrémentés de photos, si le texte est écrit en japonais, les photographies ont une légende aussi en japonnais mais l’année est en chiffre arabe et donc lisible pour les humains non japonisant. Pareil pour la liste des photos en japonais mais pages et années sont compréhensibles (en chiffre arabe). Bref que du bonheur.

(Après avoir cliqué sur une photo, la navigation entre elles est plus facile en se servant des flèches droite et gauche)













Puis le contenu.










Sur notre photographe étant toujours fainéant je ne peux que vous renvoyer sur l’article traitant de Fac-Similé de Tsugaru …

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.